Interruptions, injures, hurlements et lancers de papier, un bien triste spectacle que celui offert hier soir par les conseillers municipaux de la ville de Niort après l’intervention de l’élu Rassemblement National ! La discorde ? Une subvention accordée à l’association pour la reconnaissance et la défense des droits des immigrés (ARDDI).

A l’exception de Jean Romée Charbonneau, l’ensemble des membres du conseil municipal de Niort soutiennent la subvention accordée à l’association.

L’Association pour la Reconnaissance et la Défense des Droits des Immigrés (ARDDI) est une association qui s’inquiète de trouver des bailleurs, des donateurs et des subventions auprès des mairies afin d’aider les migrants. L’ARDDI a déjà fait parler d’elle à de nombreuses reprises.

En 2015 ils s’insurgeaient de la précarité extrême de clandestins faisant pour plusieurs d’entre eux l’objet d’une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF)  Voir ici

En septembre 2015, l’ARDDI avait plaidé la cause d’une famille arménienne débarquée à Niort (la famille Melkonyen) auprès du préfet, pour  tenter d’infléchir la décision du ministère de l’Intérieur dont le père de famille avait été détenu durant neuf mois au centre pénitentiaire de Rennes. Depuis que l’OQTF leur avait été notifiée, la famille n’avait plus la possibilité de bénéficier des hébergements d’urgence du 115.

Cette association s’était également fait remarquer lorsqu’elle occupait illégalement la maison des associations et avait manifesté lors du conseil municipal pour obtenir une subvention conditionnée à l’époque par le maire de Niort «  Je ne verserai la subvention à l’Arddi que quand elle se sera mise en règle avec la Maison des associations à qui elle doit plus de 3 000 € dans le cadre d’une occupation illégale » Voir ici

Le Maire centriste, a depuis renoncé à tout projet de sanction à l’encontre de l’ARDDI, il parle aujourd’hui d’ «un partenariat très correct et républicain avec l’Arddi ». Au terme de l’intervention de l’élu Rassemblement National, Jérome Baloge a tenu a préciser  « il y a des personnes qui ne sont pas françaises, mais elles ont des droits et c’est notre devoir que de leur permettre d’y avoir accès ».

Monsieur le maire, lorsque qu’une délivrance de reconduite à la frontière, est prononcée en vertu de « l’Ordre de Quitter le Territoire Français », (OQTF), de quel côté vous situez-vous ? Application de la Loi ou Assistance aux clandestins par le biais d’associations idéologiques ?

Intégralité de l’ Intervention JRCharbonneau Niort 11 fev 2019

                               Arnaud Humbert 
                                                    Délégué Départemental des Deux-Sèvres