Jean Romée Charbonneau, Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine a répondu présent à l’invitation pour le Grand Débat des Deux Sèvres. Les participations sont validées uniquement  sur inscription préalable.

Les participants se voient distribuer une charte de bonne conduite à respecter ainsi qu’ un programme de 15 questions méticuleusement bordées et réparties en 3 thèmes.

Une supercherie exprimée à haute voix

Il est aisé de comprendre que cette formule voulue par le gouvernement  n’engendre pas de débat. Il se contente de lister une collection juxtaposée de considérations individuelles. Une dizaine de personnes qui pensaient venir assister à une assemblée citoyenne,  prendront la parole pour exprimer la supercherie du débat, avant de quitter la salle.

Sans surprise, certains intervenants sortent alors du cadre des questions programmées et avancent des demandes conformes aux revendications des gilets jaunes. D’autres prennent la parole pour des demandes plus spécifiques, de la question sérieuse du handicap aux revendications communautaristes d’un représentant LGBT.

Finalement, la manière de faire choisie par l’exécutif aboutit à un résultat à son image : libérale, composée d’individus avec ses intérêts privés et propres ou chacun y va de ses préoccupations personnelles.

Tenter de circonscrire un incendie politico-social par le biais d’un vrai faux débat après avoir expliqué qu’il ne changerait pas de cap, c’est le grand défi entrepris par Emmanuel Macron.

Il en résulte un grand enfumage national qui sature l’espace médiatique, dans la séquence très politique que sont les élections européennes. Il y a des circonstances où un comportement normal est tout à fait suspect.

Arnaud Humbert

Délégué Départemental des Deux-Sèvres

#GrandDébat79 #GrandDébat en #DeuxSèvres