Le garde des Sceaux était en déplacement à Niort jeudi 17 décembre pour un exercice de communication sur le thème de la justice de proximité. Communication mais également autosatisfaction pour Dupond-Moretti qui, à son arrivée au tribunal de Niort a salué les six personnes contractuelles embauchées pour trois ans en se gargarisant : « Vous êtes les emplois Dupond-Moretti » (…) « pour mieux traiter la petite délinquance qui pourrit la vie de nos concitoyens  » (…)  « C’est le plus grand plan d’embauche depuis 25 ans »

Maître Blouin, bâtonnière du barreau des Deux-Sèvres s’est montrée quant à elle très pragmatique : « Je trouve ça assez audacieux de venir faire une sorte de caravane publicitaire dans un tribunal qui est quand même quasiment en déshérence. C’est un des seuls où il n’y a plus de CRPC [procédure du plaider-coupable] depuis des années, on n’a plus de juge d’instruction depuis des mois  »

Maitre Blouin regrette également que ces emplois contractuels aient été placés au parquet. « Où ça souffre c’est en correctionnel, aux affaires familiales ».

Au sortir de sa visite niortaise, les chaines d’info en continu faisaient état que le Garde des Sceaux était visé par une plainte par deux syndicats de magistrats devant la Cour de Justice de la République pour prise illégale d’intérêts. Il lui est reproché d’avoir ordonné à l’inspection générale de la justice de mener des enquêtes disciplinaires sur des magistrats dont l’avocat Éric Dupond-Moretti ou ses clients s’étaient plaints avant qu’il entre au gouvernement en juillet dernier.

Décidément, les exercices de communication des membres de l’exécutif ne finissent jamais bien lorsqu’il s’agit de déplacements dans les Deux-Sèvres ! Le dernier en date, François de Rugy, reçu par un homard géant , avait du écourter sa visite dans la tourmente depuis les révélations de Médiapart.

A qui le tour?

 

Partager